publisurf.com
Image default
Nouvelles technologies

Le métavers de Facebook : prison ou révolution ?


Des univers virtuels dans lesquels nous plongerons, tête baissée. C’est la direction que prennent Facebook et son fondateur, Mark Zuckerberg avec le métavers, contraction de « meta » (provenant du grec : au-delà) et « univers ».

Grâce à un casque d’imagerie virtuelle, nous verrons et ferons tout en trois dimensions (loisir, travail, jeu, achats, sports). Nous serons immergés dans un monde parallèle.

D’autres acteurs, comme Microsoft et Sony, planchent également sur ce métavers, censé révolutionner Internet. Microsoft vante, par exemple, les bienfaits associés au travail à distance. La réalité virtuelle permettra de demeurer chez soi tout en collaborant « physiquement » avec ses collègues. Chaque personne aura son avatar personnalisé en 3D, permettant une interaction dans un monde virtuel. Ou encore, imaginons une séance de magasinage dans un centre commercial virtuel, qui permet de rester confortablement installé à la maison.

Comme professeur de marketing à l’Université du Québec à Trois-Rivières, je suis convaincu de l’importance de mieux comprendre nos comportements, leurs causes et leurs effets. Les moyens de communication, qui évoluent sans cesse, doivent au minimum nous pousser à réfléchir aux impacts qu’ils engendrent.

La révolution du métavers sera-t-elle une nouvelle forme d’enfermement ?

Une idée dont les fondements ne datent pas d’hier

Michel Foucault, dans son ouvrage Surveiller et punir publié en 1975, élabore longuement sur le Panopticon, une architecture carcérale imaginée par le philosophe anglais Jeremy Bentham au XVIIIe siècle.

L’image est simple. Au centre, une haute tour, au sommet de laquelle se trouvent les gardiens. Tout autour de cette tour, dans un autre bâtiment, la série de cellules. Le principe est le suivant : le gardien surveille les détenus, sans pour autant être vu par ces derniers. Chaque détenu intègre ainsi l’idée de surveillance constante, qui se transforme graduellement en jeu de pouvoir.

L’ère de la surveillance numérique n’est pas sans rappeler la métaphore du Panopticon.
Shutterstock

Foucault développe ainsi l’idée d’une société de surveillance, rendue possible grâce aux lieux d’enfermement comme la prison, l’école, l’usine ou l’hôpital. Or, il ajoute que cette société n’est pas éternelle, qu’une autre la remplacera.

C’est ici qu’entre en jeu le philosophe Gilles Deleuze, qui imagine une société de contrôle à la fin des années 1980. Pour lui, l’enfermement physique n’est plus requis. Le contrôle s’exerce un peu partout, en dehors des murs.

Il y a longtemps, les technologies du moment paraissaient simples : poulies, leviers, horloges, machines à vapeur. Aujourd’hui, la place est à l’ordinateur, le langage est numérique.

Toujours selon Deleuze, le langage numérique du contrôle est fait de chiffres, qui marquent l’accès à l’information, ou le rejet.

Comme individu, nous laissons des traces, des données qui sont engrangées dans des entrepôts, le nuage, le cloud. Des applications nous rappellent qu’il faut bouger, d’autres nous dictent la bonne voie pour se rendre au point B, qu’il est temps de prendre notre médicament. Deleuze dirait peut-être que ce sont des exemples concrets d’une technologie qui contrôle, qui nous contrôle.

Le métavers ressemble étrangement à une nouvelle forme d’enfermement qui jumelle lieux clos et contrôle potentiel.

Gare à l’espionnage

Facebook pourra recueillir d’innombrables données lorsque nous serons plongés dans cet univers. Nous observer constamment sans que nous le sachions vraiment. Comme c’est déjà le cas aujourd’hui, d’ailleurs, puisque notre navigation est épiée. Or, l’entreprise dit vouloir développer son métavers de manière éthique et responsable en consultant, par exemple, les autorités gouvernementales et réglementaires.

Frances Haugen, lanceuse d’alerte et ancienne employée de Facebook, a déclaré devant des élus français être inquiète des conséquences liées à ce métavers, mettant notamment en garde la population contre le recours à des « capteurs » ou des « micros » dans l’environnement de l’utilisateur :

Imaginons que vous travailliez à la maison et que votre employeur décide d’adopter la plate-forme du métavers de Facebook. Vous ne pourrez plus décider si Facebook peut vous espionner ou non. Le métavers permettra à Facebook de rassembler des tonnes de nouvelles données sur vous.

Une lutte entre l’intelligence et le plaisir

Ce nouvel univers ne permettra sans doute pas de réduire notre « temps d’écran ». Le propriétaire moyen de iPhone déverrouille son appareil 80 fois par jour, soit toutes les 12 minutes, 16 heures sur 24. La moindre notification nous fait réagir, telle la clochette de Pavlov. Nous en sommes arrivés à un autoconditionnement technologique, qui a une source précise.

Le docteur en neuroscience Sébastien Bohler explique que notre cerveau est au centre de notre comportement. Le striatum, partie du cerveau, est le siège de nos motivations, de nos désirs. Il libère la dopamine, l’hormone du plaisir.

Parmi ces motivations, nous retrouvons la quête d’information et le statut social, qui peuvent être en partie rassasiés par le Web et les réseaux sociaux. Recevoir de l’attention, grâce aux « likes » et aux commentaires, ne rien manquer, être surinformés, alors que nos écrans regorgent d’une quantité pléthorique d’informations de toutes sortes. Nous en voulons toujours plus, et le striatum se charge d’en retirer du plaisir.

Toujours selon Bohler,

Cette lutte entre le cortex (siège de l’intelligence) et le striatum explique que nous n’arrivions pas à nous projeter à long terme pour limiter le réchauffement climatique et que nous préférons consommer là, tout de suite, maintenant.

Les côtés sombres des réseaux sociaux se verront exacerbés

Nous maîtrisons désormais davantage l’effet des écrans et des réseaux sociaux. La dépendance à ces réseaux aurait un impact sur le niveau d’anxiété et de stress, selon une étude réalisée auprès d’un groupe d’étudiants jordaniens.

La dépendance à Facebook serait notamment à surveiller, selon une étude publiée en 2017 par des chercheurs allemands. Ces derniers ont démontré que le Facebook Addiction Disorder (FAD) est associé au narcissisme et peut mener à un niveau élevé de stress. Ils écrivent :

On peut donc supposer que les personnes présentant des symptômes d’anxiété accrus, qui utilisent régulièrement Facebook dans une optique de soulagement et d’évasion, présentent une probabilité exacerbée de développer un FAD.

Une utilisation excessive des réseaux sociaux aurait également un impact négatif sur la mémoire et l’apprentissage. Les enseignants savent très bien que les étudiants font souvent plus d’une chose à la fois. C’est le multitâche. Naviguer sur deux, trois ou quatre réseaux sociaux en même temps a une incidence sur la qualité de l’attention et la performance académique. En d’autres termes, un niveau trop élevé de distraction est nuisible.

Il est aussi préoccupant de constater que notre utilisation des réseaux sociaux peut avoir un impact sur l’envie et sur l’estime de soi. Les plus grands utilisateurs entreraient dans une spirale de comparaison de leur vie avec celle des autres.

Le métavers, et sa réalité virtuelle, vont sans aucun doute intéresser bon nombre de chercheurs. Est-ce qu’une telle technologie pourra compenser les effets négatifs des réseaux sociaux comme on les connaît aujourd’hui ? Contribuer à un meilleur apprentissage, une meilleure concentration ? Le menu est vaste.

Les propos de Deleuze sur le contrôle semblent plus pertinents que jamais. Il ne reste qu’à déterminer qui contrôlera qui…



David Crête, Professeur de marketing, Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR)

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons.

Autres articles

une dystopie sur les villes de demain

adrien

Valoriser le patrimoine culturel à travers la réalité augmentée : quels obstacles juridiques ?

adrien

La rente cognitive, une arme stratégique pour vaincre l’ubérisation

adrien

les technologies numériques pour soutenir la santé mentale

adrien

L’intelligence artificielle à la rescousse du journalisme

adrien

les jeux vidéo sont bénéfiques en période de confinement

adrien