publisurf.com
Image default
A savoir

Passage à l’heure d’hiver: cette nuit on recule nos montres!

Virginie Coenart , publié le 26 octobre 2013 à 11h25 Temps de lecture :

Dans la nuit de samedi à dimanche, nous passerons à l’heure d’hiver. N’oubliez donc pas de reculer vos montres, horloges, réveils et autres téléphones d’une heure: en effet, à trois heures du matin, il sera deux heures.

Tous les six mois, la question se repose: on avance ou on recule d’heure? Petit truc pour ne pas confondre: en octob(re) on (re)cule alors qu’en (av)ril on (av)ance…  Ce week-end, comme chaque dernier dimanche d’octobre, nous passerons ainsi de GMT+2 à GMT+1. Mais surtout bonne nouvelle: nous pourrons dormir une heure en plus.

Des mesures économiques… ou pas!

En 1977, la Belgique instaurait le passage de l’heure d’été à l’heure d’hiver, dans le contexte de la crise pétrolière, afin de réduire la consommation d’énergie. Elle entendait ainsi faire coïncider les horaires d’activités avec l’ensoleillement pour limiter l’utilisation de l’éclairage artificiel. Cependant, plusieurs associations, notamment l’Association contre l’heure d’été double (ACHED), dénoncent ces changements d’heure et leurs effets nocifs sur la santé et jugent également discutables les économies d’énergies ainsi réalisées. En effet, le changement d’horaire induirait une surconsommation importante due au trafic et au chauffage. Le soir venu, nous avons notamment besoin de nous éclairer, d’utiliser des appareils électriques de cuisine et de nous chauffer.

Des effets modérés sur la santé

Côté santé le changement d’heure biannuel n’aurait qu’une incidence très limitée sur l’horloge biologique humaine. Les spécialistes s’accordent cependant à dire que cette mesure perturberait le rythme biologique des personnes plus fragiles, comme les enfants et les personnes âgées. La perturbation du rythme biologique ne serait pas seulement à l’origine de troubles du sommeil, mais influerait également sur l’appétit, la capacité de travail, voire l’humeur. Cependant, le passage à l’heure d’hiver serait moins perturbant en terme de troubles du sommeil que le passage à l’heure d’été, où la nuit est amputée d’une heure.

Bien négocier le passage à l’heure d’hiver

Les personnes sujettes au stress peuvent se sentir angoissées par les conséquences du changement d’heure, et notamment par le fait de devoir régler l’heure de tous leurs équipements électroniques. Régler l’heure la veille présente aussi l’avantage d’habituer l’organisme au changement d’heure avant même qu’il ne survienne. De nombreux docteurs et psychologues conseillent en effet d’anticiper le changement d’horaire, en particulier pour les enfants.Le changement d’heure perturbe beaucoup leurs habitudes, et peut leur faire perdre l’appétit, ou les rendre grognons. L’idéal est de modifier progressivement le rythme d’un bébé pour lui éviter un changement trop brutal. Par exemple, en décalant de 15 minutes l’heure de réveil, de repas et de coucher d’un enfant à partir du jeudi précédant le changement d’heure, cela permettra de ne pas trop le perturber.

Un autre bon conseil pratique pour les « couche-tôt » est de se coucher plus tard (environ une heure) samedi soir. Ainsi, avec le même nombre d’heures de sommeil, ils se réveilleront sensiblement à une heure habituelle. Le repos est d’ailleurs le meilleur moyen pour bien négocier ce changement d’heure.

3900

Autres articles

AVC : un composé du raisin réduirait les dommages cellulaires

Irene

Les belges importent le meilleur de Manhattan à Bruxelles !

Irene

Les fourmis : des astuces pour s’en débarrasser naturellement – Ces insectes qui pourrissent notre été !

Irene

Acouphènes : comment les soulager en douceur?

Irene

La « fin de l’abondance », une chance pour renouer avec notre humanité

administrateur

Le Brugmann, peut-être la plus belle terrasse de Bruxelles ?

Irene